L’agriculture biologique consiste en l’exclusion de la plupart des produits chimiques de synthèse dont notamment les « Organismes Génétiquement Modifiés ». Ceux-ci, sont couramment utilisés par une agriculture plus industrielle. S’étant de plus en plus démocratisée au cours de ces vingt dernières années, cette méthode de production agricole qu’est le bio, demeure une agriculture souvent privilégiée par les agriculteurs. Tout comme les consommateurs d’ailleurs, qui revendiquent une meilleure protection de l’environnement, et des conditions de vie respectueuses envers l’élevage des animaux.

 

Un long cheminement :

C’est dans les années 1920-1930 que tout commence, lorsque certains penseurs regrettent la disparition plutôt rapide de la paysannerie. Ils remettent également en cause l’intégration de la science dans l’agriculture, favorisant le côté industriel de cette méthode.

S’en suivent entre les années 1940 et 1975, l’organisation d’associations soutenant l’agriculture biologique. Le bio fait alors son arrivée au Salon de l’agriculture pour la première fois en 1970. C’est d’ailleurs à cette période que les grands préceptes du bio ont commencé à voir le jour. Parmi ces préceptes, nous pouvons citer le refus de la science, et de la chimie, ou encore le retour à la paysannerie. Ainsi que la protection, et bien entendu le respect de l’environnement, et des animaux.

Aussi, au tout début des années 1980, de nouvelles structures économiques et institutionnelles sont mises en place, toujours en faveur de l’agriculture biologique, comme Biocoop par exemple en 1986.

Enfin, à l’ère du XXIème siècle, des plans de conversion des surfaces agricoles sont établis par l’Agence Bio, même si certains échecs subsistent comme en 2001, et en 2007. L’Agence Bio est une structure française créée pour le développement, et la promotion de l’agriculture biologique.

Une rivalité entre passé et modernité ?

Depuis des siècles, la science ou la chimie sont des moyens utilisés afin de développer l’agriculture. En effet, l’utilisation de la chimie n’est pas nouvelle ; certains traitements sont connus depuis l’Antiquité. Par exemple, le cuivre, le soufre, le plomb, et les engrais de synthèse sont utilisés depuis la fin du XIXème siècle.

De nos jours, l’agriculture biologique est devenue une activité économique très certainement rentable. Cela donne donc à bon nombre d’agriculteurs, l’impression d’afficher de meilleurs rendements quant à leur production. Du côté des consommateurs, cela les conforte dans leur idée de protéger l’environnement.

L’agriculture biologique est souvent perçue comme plus moderne, et plus jeune que l’agriculture dite « conventionnelle ». Certains agriculteurs contribuent à donner une image plus récente et moderne à cette technique.

C’est en cela que l’opposition entre passé et modernité démontre quelques limites.

 

« (…) toujours dans le respect des animaux, et de la végétation. »

 

AgriVillage et l’agriculture biologique :

Toujours grâce à cette variété de choix, tous aussi divers les uns des autres, AgriVillage propose sur sa plateforme la possibilité de se rendre dans plusieurs fermes biologiques, comme chez Léa, et Vincent Cureaudeau, à Tortisambert dans le Calvados. Ce couple d’éleveurs accueillera tous les vacanciers souhaitant découvrir leur exploitation laitière caprine. Ces mêmes vacanciers pourront assister à la traite, aux soins des chevreaux, et goûter le fromage à la suite de la production. L’éleveur déclare : « être en adéquation totale avec la nature … ». Le bien-être des chèvres du couple est évident afin de produire un lait de qualité, et explique qu’ils : « exercent leur métier, toujours dans le respect des animaux, et de la végétation … ».

C’est dans un bel environnement, situé sur un coteau plein sud dans le Pays d’Auge qu’ils se feront une joie de vous recevoir !