Malheureusement, et depuis toujours il existe un clivage très visible entre ruraux et citadins, habitués à l’urbanisation. Ruraux et urbains semblent plus que jamais éloignés.
Néanmoins, certaines politiques ou autres idées sont mises en place pour éviter de creuser plus
largement cette fracture sociale.

Une opposition entre campagne et ville qui perdure :

Ce sont deux cultures bien distinctes qui sont trop peu souvent confrontées l’une à l’autre.
Depuis déjà plus de trois siècles, la France assiste à un exode massif des individus vers les
quartiers plutôt urbains. Effectivement, ce sont les villes qui se remplissent massivement,
contrairement aux campagnes qui sont considérablement désertées. Ce sont environ plus de
50 millions de personnes, et donc plus des trois quarts de la population, qui habitent en ville –
selon l’INSEE en 2016.

Comment s’explique cette urbanisation ?

C’est à la fin de la Seconde Guerre mondiale que tout s’accélère dans l’Hexagone. En effet, la
France est passée de 53% de population urbaine en 1936 à 70% en 1968. Une certaine
modernisation se met en place, ringardisant l’emploi agricole sur le déclin. Les ruraux
s’exilent donc plutôt vers la ville – toujours selon l’INSEE.
De nombreux préjugés, clichés ou autres stéréotypes mal venus, n’aident pas à une
cohabitation des citadins avec les agriculteurs ; ce dernier est vu comme le bon vivant,
conservateur, solitaire, et très attaché à ses terres, à l’inverse du citadin qui est vu comme plus
ouvert d’esprit face aux nombreuses rencontres qu’il peut faire en forte agglomération. Cela
est bien dommage de ternir l’image de l’agriculteur qui est loin de toutes ces idées
préconçues, car effectivement l’agriculteur reste un être très attaché à ses terres, mais toujours
aussi cultivé ou aussi ouvert d’esprit qu’un citadin. C’est également l’ami des bêtes qui ne
cherche qu’à partager sa culture rurale aux autres : quelqu’un de simple et d’ouvert
finalement.
De nos jours, il est nécessaire de pouvoir mettre en commun les savoirs de chacun, afin que
chacun puisse se sentir intégré à la société. Un citadin pourrait partager ses valeurs, et ce qu’il sait

faire avec un rural tel qu’un agriculteur, et inversement. Cela est primordial pour aller à l’encontre de ces
nombreux stéréotypes qui peuvent agrandir l’écart entre ces deux cultures différentes, mais
qui ont tellement besoin l’une de l’autre pour évoluer en harmonie.

Vers une cohabitation stable entre ruraux et urbains ?

Cependant, depuis quelques années, la part de la population urbaine fait du sur place, elle
n’évolue pas, et reste en stagnation. Cela permet donc au milieu périurbain de facilement se
développer en milieu rural.
Nombreuses sont les diverses tentatives afin de faciliter la cohabitation entre le milieu rural et
urbain.
Il existe par exemple l’Agence des Espaces Verts qui estime que le jardinage est porteur de
valeurs indispensables à l’épanouissement de chacun. L’Agence prévoit donc des
aménagements dédiés à la création de jardins familiaux. Cet organisme compte plus de huit
hectares de jardins familiaux sur les propriétés régionales, permettant d’accueillir de
nombreux jardiniers.
AgriVillage également, qui grâce à sa plateforme souhaite améliorer, faciliter, ainsi que tisser
des liens entre particuliers, et agriculteurs, autour de valeurs telles que l’échange, le partage,
et la découverte du fonctionnement d’une exploitation agricole en terre rurale. Exploitations
agricoles à seulement deux heures de Paris.

Vous voyez, le monde est petit … La ruralité n’est pas si loin de l’urbanisation !